fbpx

Études de cas TCM


Sophie et La Validation des Acquis de l’Expérience

Sophie est une maman de deux enfants, des jumeaux de 4 ans. Elle est mariée et elle est directrice adjointe d’une crèche. Elle m’explique qu’elle a choisi il y a plus d’un an de présenter une Validation des Acquis de l’Expérience, afin d’être reconnue comme Éducatrice de jeunes enfants. Pour cela, elle doit soutenir son mémoire de 150 pages devant un auditoire de 50 personnes afin d’être validé et reconnue en tant que tel.

En effet depuis plus d’un an, elle s’est beaucoup investie pour arriver à être prête pour l’obtention de ce diplôme. Cela lui permettra d’être reconnue dans son travail, face à ses collègues, face aux parents et surtout pour elle-même.

Or elle me dit que lors de l’oral blanc, qui a eu lieu 15 jours avant qu’elle ne vienne me voir, elle a senti qu’elle avait échoué. Elle n’a fait que dire « euh, euh, euhhhhh….. », elle a complètement perdu ses moyens. Elle ne savait plus du tout expliquer ce qu’elle savait et elle pleurait déjà à l’idée de devoir passer cet examen.

Lors de notre premier rendez-vous je lui demande de me raconter comment cela s’est passé pour elle depuis qu’elle était née.

Elle m’explique que ses parents étaient mariés, mais qu’ils étaient en perpétuel conflit.

Que son père était alcoolique et violent avec elle. Il était dévalorisant et maltraitant émotionnellement et physiquement. Il est même venu la chercher à l’école devant tout le monde avec un pistolet.

Sa mère ne lui donnait pas de preuve d’amour, elle n’a pas de souvenir que sa mère l’ai eu prise un jour dans les bras. Ses parents se sont séparés lorsqu’elle avait 8 ans car sa mère était homosexuelle.

Elle a toujours ressenti beaucoup de honte, de sentiment d’humiliation devant ses copains d’école par rapport à ce que les autres pensaient d’elle et de sa famille. Elle se sentait mal à l’aise. Ici et maintenant son actualité est la réussite et la reconnaissance par la VAE

Nous nous concentrons donc sur ce qui la préoccupe le plus.

  • Première séance et premiers tests

Je veux être heureuse dans la vie > BC (au test de résistance musculaire le bras est faible: Bras Cassé)

Mon impossibilité d’être heureuse dans la vie (BC 234). SV (soin d’élimination)

Rêve Éveillé Accompagné spontané (RÉA) : Elle se voit heureuse avec sa famille dans son foyer.

Mon impossibilité d’être reconnue BC 1234

RÉA elle se voit reconnue par ses collègues et sa hiérarchie.

Ma peur de l’échec lors de l’oral > BC 1234

RÉA spontané elle se voit parler calmement, en faisant des pauses. Elle se voit respirer. Quand on lui pose des questions sur son mémoire, elle peut demander de reformuler si elle ne comprend pas. En cas de difficulté, elle sait se calmer et être tranquille. Elle se sent prête et confiante.

  • Deuxième séance

Entre la première et la deuxième séance, elle a fait une présentation de la structure et du travail qu’effectuaient ses équipes au sein de son établissement, et cela devant une très grande assemblée de parents et professionnels. Elle a réussi à être très claire dans ses explications. Pour la première fois de sa vie, elle n’a pas eu peur de parler devant une assemblée, elle m’a pourtant dit que tout le monde avait les yeux rivés sur elle, mais que cela ne l’a pas gêné du tout. Après cette présentation, les personnes qui travaillent avec elle l’ont félicitée, elle m’a dit qu’il y a des personnes, de qui elle était loin de penser qu’un jour elles auraient de la reconnaissance. Une grosse prise de conscience a lieu chez elle. Elle peut parler clairement, ce qu’elle dit est juste et c’est une professionnelle.

Et lors de cette séance, elle me parle de son échec lors de la même présentation, un an en arrière, où elle devait juste introduire en 3 phrases l’intitulé de la réunion de présentation de la structure. Or cette fois-là, elle avait tellement peur d’échouer, de dire des bêtises, qu’elle avait appris ses trois phrases d’introduction. Quand elle a commencé l’introduction, elle a oublié un seul mot, ce qui a provoqué une panique, une incohérence totale et elle s’est sentie nulle, elle a bafouillé et ne se souvenait même plus du nom de la personne qu’elle devait introduire, et avec laquelle elle travaille avec depuis 10 ans. Son reptilien était dépassé par les événements. Elle voyait les regards fixés sur elle, elle se voyait dire n’importe quoi.

Avec cette nouvelle information nous avons fait comme Soin Vessie :

Mon introduction lors de la réunion de l’année dernière. > BC 1234 SV

RÉA spontané : elle se voit parler clairement, naturellement et simplement.

Les regards fixé sur moi > BC 123 après SV mon introduction BF (au test le bras est fort)

Ma peur de dire n’importe quoi > BC 234 après SV mon introduction BF

Ma dévalorisation lors de la réunion > BC 34 > BF après SV

  • Troisième Séance :

Elle me dit qu’elle se sent très en confiance, qu’elle a les idées très claires, mais qu’il y a quelque fois la peur de ne pas avoir sa VAE qui la perturbe.

Ma peur de ne pas avoir ma VAE > BC 1234> SV > BF

RÉA spontané, elle se voit chez elle en train d’ouvrir le courrier ou elle peut lire sur le papier qu’elle a réussi l’examen. Elle se voit sauter partout folle de joie et libérée

La confiance en moi BC 1234 SV

Sophie a réussi à passer son examen dans le calme sans stress et ni angoisse.

Nous allons maintenant nous occuper de son histoire de petite fille, et des conséquences sur son foyer de l’année de travail acharné qu’elle a produit. En effet elle culpabilise envers ses enfants de ne pas avoir été assez disponible pour eux. Et par rapport à son mari qu’elle a délaissé, elle doit maintenant reconstruire avec lui leur vie de couple.


Olivier et la confiance en lui

Olivier est un jeune homme de 25 ans qui est sans activité depuis plus d’un an et demi. C’est sa maman qui me l’amène, car elle est désemparée de le voir se terrer comme un troglodyte dans sa chambre toute la journée. Après d’une formation d’électricien, il n’arrive pas à trouver de travail. Ses échanges avec les gens, ses anciens collègues de travail et même sa famille ont toujours été très compliqués pour lui.

  •  Première séance :

Lors de notre première séance, il ne sait pas bien pourquoi il est là.

Je l’interroge sur ce qu’il vit en ce moment et qu’est-ce qu’il aimerait voir se manifester comme changement dans sa vie. Il est un peu perdu et sa réponse est assez illustratrice de son état. Elle est molle et embrouillée.

Il me dit que ses recherches de boulot restent sans réponses positives. Que les entretiens qu’il passe lors de ses candidatures, ne donnent pas de résultats. Il me dit que c’est la crise et que les employeurs ne sont pas sérieux et qu’il en a marre. Bref les responsables sont les autres mais pour lui tout va bien.

C’est un jeune homme qui en a assez de vivre rejets et désillusions constantes.

Je lui explique comment nous allons travailler ensemble afin que son cerveau change d’état et d’habitudes, pour que lui, puisse vivre de nouvelles choses.

Je lui explique brièvement que nous sommes comme des postes de radio et que suivant ce que nous émettons comme ondes nous allons capter radio classique ou nostalgie.

L’état et l’histoire de notre cerveau sont responsables de ce que nous vivons.

Je lui explique le fonctionnement du cerveau et comment la thérapie des champs mémoriels va pouvoir libérer son cerveau de ce qui est responsable de ce qu’il vit.

Je pratique les tests sur Olivier.

Je tiens à être heureux dans la vie. BC

Son bras casse, je vais donc interroger son cerveau afin de savoir où est la toxicité pour son cerveau.

Je veux être heureux dans la vie > BF

Je peux être heureux dans la vie > BC 134 SV > BF

J’ai le droit d’être heureux dans la vie > BC 3 4 SV > BF

Je pratique donc les soins vessie.

RÉA spontané : Il ne voit rien

  • Deuxième Séance :

Il me dit ne pas avoir senti vraiment de changement. Sa vie est la même que lorsque nous nous sommes vu la dernière fois.

Je vois chez lui une difficulté à reconnaitre ce qui le définit, il me dit ne pas savoir quelles sont ses qualités. Il se sent perdu et je décide pour le connecter à son essence de pratiquer une séance avec simplement le Réa de la découverte des éléments et de l’arbre. Il est très sceptique mais il finit par se dire que de toute façon pourquoi ne pas essayer.

Nous voici aller à la rencontre de ses 4 éléments principaux, grâce au Réa.

Il est très agréablement surpris par ce qu’il a ressenti lors de cette exploration.

L’élément avec lequel il a eu le plus de mal fut l’eau. Il en avait peur et appréhendait de descendre dans les profondeurs de celle-ci. Mais après lui avoir proposé un dédoublement, il a exploré cet élément avec la part de lui qui n’avait pas peur, il put prendre plaisir à finalement aller en profondeur. Dans la vie c’est une personne qui a beaucoup de mal à savoir ce qu’il se passe pour lui.

Son arbre est dans une forêt où il est entouré d’autres très grands arbres.

Son arbre manque un peu de lumière car les autres la lui cachent. Je lui demande de quoi son arbre a besoin, il me répond d’avoir plus de lumière, alors il imagine couper quelques branches des arbres qui l’entourent afin de dégager son arbre. Il se sent beaucoup mieux, il reçoit plus de chaleur. Lors de l’échange moléculaire tout se passe bien, ses qualités sont : noble, fiable et solide. Effectivement c’est un jeune homme qui selon ses parents est quelqu’un de fiable sur qui l’on peut compter. Il est très digne et au niveau de sa structure musculaire il est très baraqué.

Son arbre lui plait beaucoup et c’est avec beaucoup de fierté qu’il prend conscience de sa nature à la fin du Réa.

  • Troisième séance

Confiance en moi BC > 234 SV > BF

Ma peur d’être rejeté BC > 1234 C > SV > BF

Ma peur de ne pas être aimé BC > 34 > SV > BF

Il n’est plus revenu me voir après sa troisième séance, car il a trouvé du travail sur Bordeaux. Ses parents n’en revenaient pas des capacités qu’il avait su mobiliser d’un seul coup ! Il était beaucoup plus ouvert et finalement très autonome.


Manon et la peur de perdre son compagnon

C’est une femme de 65 ans belge, qui vit en France depuis environ 3 ans, elle a quitté la Belgique à la mort de son mari. Elle partage sa vie avec son nouveau compagnon Roger. Marie est une femme qui a réussi sa vie professionnelle. Directrice générale d’une grande société européenne, elle était reconnue dans son métier. Elle est aujourd’hui retraitée et lorsqu’elle était encore en activité, elle était très passionnée par sa vie professionnelle, elle était sous les feux des projecteurs, donnait des conférences, animait des séminaires, remportait des contrats. Elle était reconnue en tant que professionnelle. Mais dans sa vie de femme et de mère c’était une autre histoire. Elle était maman de deux enfants, une fille et un garçon. Elle se déchargeait complètement sur son mari qui s’occupait beaucoup plus des enfants. Elle avait des amants et fuyait sa vie de famille.

Elle m’expliquait que lorsqu’elle était petite, il n’y avait pas d’affection. Elle était consciente que c’est sa mère qui décidait de tout. Son père était soumis. Il n’y avait pas de considération émotionnelle de ce que pouvait vivre les enfants. Elle était en perpétuelle rébellion par rapport à ce que ses parents lui faisaient vivre. Malgré les coups de martinet elle ne voulait pas verser une seule larme, pour leur montrer qu’ils ne la soumettraient pas.

Elle avait promis lorsqu’elle avait 12 ans, que le jour de son anniversaire de sa majorité, elle quittera ses parents. Elle fuira cette prison ou elle n’était pas épanouie et ou la misère était de mise. Et c’est exactement ce qui se produisit. Le jour de ses 21 ans, elle a quitté la maison.

Ce qui se passe pour elle dans son actualité, c’est suite au décès de son mari il y a 5 ans, elle s’est aperçue qu’elle était passée à côté de beaucoup de choses dans sa vie de femme. Elle était aujourd’hui consciente avec son nouveau compagnon des erreurs qu’elle avait commises par le passé. Cette prise de conscience lui provoque une peur intense de ne pas être aimée, car elle croit être aussi méchante que sa maman.

  • Première séance:

Je veux être heureuse dans la vie BF

Je peux être heureuse dans la vie BC

J’ai le droit d’être heureuse dans la vie BC

SV > mon impossibilité d’être heureuse dans la vie BC 1234

Ma peur de ne pas être aimé BC 1234 C

La peur de ne pas être aimé en transgénérationnel BC > 1234 SV > BF

RÉA spontané pendant le SV, et là elle verbalise mais en fait je n’en n’ai rien à faire. Elle s’était remémorée une scène où des amis avec qui elle était fâchée car ils n’appréciaient pas son nouvel amoureux, ce qui il y a encore quelques instants était problématique pour elle, lui semblait désormais sans intérêt… Elle s’en fichait maintenant.

Le lendemain de la séance, j’avais sur mon répondeur un message de Manon, elle me disait que j’avais fait des miracles, qu’elle se sentait terriblement bien. Elle n’était plus fatiguée et elle était très joyeuse. Elle m’a envoyé sa fille qui avait des difficultés depuis le décès de son papa.


Evelyne La fille de Manon

  • Première séance

Depuis le décès de son papa, elle vit d’énormes angoisses avec des peurs, de la colère. Elle ne sait plus trop comment faire dans ses relations amoureuses qui tournent à chaque fois à la catastrophe.

Elle se sentait à la fois très proche de son père et à la fois elle n’a jamais reçu de paroles valorisantes ou de preuve d’amour. Elle avait de l’argent, ils n’ont jamais manqué de rien, toutefois elle a manqué de la présence de ses parents et il y a beaucoup de paroles qu’elle aurait voulu recevoir de son père, et beaucoup de choses non exprimées qu’elle a encore sur le cœur.

Je veux être heureuse dans la vie > BF

Je peux être heureuse dans la vie >BC 234

J’ai le droit d’être heureuse dans la vie > BF

SV mon incapacité d’être heureuse sans la vie

La mort de papa BC > 1234

SV et RÉA cœur à cœur avec le papa

Je lui propose de visualiser son papa en face d’elle et d’imaginer un fil rouge qui part de son cœur et qui rejoint le cœur de son papa.

Elle se sent bouleversée, de profonds sanglots s’expriment.

Je lui demande si elle peut imaginer dire à son papa tout ce qu’elle a besoin de lui dire. De gros soupirs se manifestent.

Puis je lui propose d’imaginer son papa lui dire ce qu’il pense d’elle, chose qu’il a verbalisé de son vivant à leur ami et médecin de famille. Et là à nouveau vague de larmes et de profonds soupirs.

A la fin de cet échange elle se sent soulagée, elle me parle d’avoir vraiment ressenti la scène comme si elle avait été réelle. Elle accueille ce soulagement dans l’estomac et le haut du dos.

Apaisement est pour Evelyne le maître mot à la fin de ce RÉA.

Ma peur de ne pas être aimée en transgénérationnel BC 1234 SV BF

Elle n’a désormais plus de crises d’angoisses et se sent beaucoup mieux.